Core + Interpolate


31 mai 2017
-
Satosphère

Achetez votre billet 18 +
prévente
$27.50

Programme de 2 expériences immersives présentées le 31 mai dans la Satosphère dans le cadre du Symposium IX 2017, incluant : CORE par Hervé Birolini (FR) et Aurore Gruel (FR) + Interpolate par Push 1 stop (CA) et Woulg (CA).

Autres programmes de projections immersives dans le cadre du symposium :


Billet : 27.50$
Durée totale : 40 + 45 min
Représentations : 20h et 21h30

Billets disponibles en ligne et à la SAT les jours de projections.

CORE

À la manière d’un noyau métaphorique, la performance de danse immersive “CORE” présente deux espaces en mouvements inclus l'un dans l'autre. L'un (extérieur), s’arrime sur un dispositif fixe de haut­s-parleurs, l'autre (intérieur) s’arrime sur un dispositif de hauts-­parleurs mobiles et lumineux. La danse sur scène devenant tour à tour un générateur d’espaces sonores mais aussi un générateur d'espaces visuels 360°.

LES ARTISTES

Hervé Birolini explore tous les domaines sonore. De la pièce de concert à l'installation, de la performance électroacoustique à la musique de scène ou de film, ses terrains d'expérimentation s'enrichissent les uns les autres et interrogent sans cesse sa position de compositeur.

Après un parcours de formation classique, Aurore Gruel s’oriente vers la danse contemporaine tout en poursuivant des études de philosophie. Elle développe un travail qui engage le corps dans un acte poétique. Sa danse instinctive, musicale et réflexive est un cheminement où elle cultive la passion du paradoxe.

INTERPOLATE

Oeuvre immersive qui incorpore de la programmation en direct et des procédés génératifs pour créer une performance où les visuels contrôlent l’audio, et l’audio contrôle les visuels. La géométrie 3D et les systèmes de particules minimalistes et génératifs guident le public à travers la musique, transmettant du même coup la physicalité du son tout en illustrant le paysage émotif des mélodies.

LES ARTISTES

S’amusant à troubler les eaux du motion design, de la 3D et des visuels audio-réactifs, les productions de Push 1 stop ont été extrêmement variées. Si chacune de ses performances sont à des lieues l’une de l’autre, ses sets live sont invariablement caractérisés par l’évolution d’environnements narratifs précis.

Woulg crée des paysages sonores sombres, troublés par des bugs autant susceptibles d’éclater en un battement techno hypnotique qu’en des bulles de textures ambiantes prêtes à se rompre; nous rappelant que rien n’est éternel, que nous devrions toujours nous attendre à l’inattendu.