The Quiet River of Dust - Entrevue avec Richard Reed Parry


13 nov 2018


Quiet River of Dust explore les coins doux, tranquilles et hypnotiques du monde sonore. Animé d’un visuel immersif filmé par Richard Reed Parry lui-même, l’expérience fera voyager le public au cœur de lieux uniques : sous la surface de rivières, dans les ténèbres de mystérieuses forêts, dans les vagues de l’océan, dans des mares cachées, même à l’intérieur d’arbres. Nous souhaitions en savoir plus sur la création de ces visuels, mais aussi sur la signification profonde de cet album sur lequel Parry a travaillé ces 5 dernières années.
Pour cela nous nous sommes entretenus avec Richard Reed Parry.

Podcast in english.
Prise de son audio réalisée par Jordan Chevalier.

Quiet River of Dust – Un retour à la terre.

« Quiet River of Dust parle de notre mortalité et des cycles constants de la vie et de la mort; du changement et de la transformation, ainsi que des êtres humains venant de la Terre, découvrant puis retournant à la Terre, ainsi que des traditions et de la culture. »

Le fleuve, toujours en mouvement, représente quant à lui la transformation via son flux constant, ne prenant jamais la même forme.

« En créant le spectacle visuel de cet album, j’essayais de faire exactement la même chose et de créer une sorte de lieu flottant, à la fois étrange et familier, flottant d’un espace à l’autre. »

L’album explore également musicalement une sorte de conscience liminale de l’esprit mêlant expériences physiques, spirituelles et de la mémoire. La traduction visuelle de ces chansons en est extrêmement immersive, visitée par des figures mystérieuses apparaissant comme des esprits, ou des ancêtres.

L’exploration en 360

« Un membre de la SAT m'a prêté une caméra 360 pour expérimenter. Chaque fois que j'explorais ce que cette caméra pouvait faire, comment la configurer, les perspectives qu’elle permettait, je tombais de plus en plus amoureux de tous ces mondes visuels qu’elle permettait de créer [...] »

La caméra permet de passer facilement du micro au macro et d’explorer une multitude de mondes.
Pendant sa dernière tournée avec Arcade Fire, Parry emportait partout avec lui son kit de caméra, capturant des environnements du monde entier. Il passait ainsi tous ses moments libres en forêt, à la mer, ou autres endroits inspirants où il pouvait enterrer la caméra sous l’eau, dans le tronc d’arbre, ou encore sous le ponton d’un port, laissant la nature s’activer autour du dispositif. En revenant chercher le matériel, il était lui-même étonné du résultat, se retrouvant neuf fois sur dix avec des jeux de lumière magiques, des visites inattendus des habitants des lieux, etc.

« C'était vraiment excitant et c'est devenu part de cette vie vraiment intéressante que je vivais ... Je jouais des concerts rock avec Arcade Fire les soirs, et parfois jusqu'à une demi-heure avant le show, j’étais sur un terrain de golf ou autre, avec la caméra cachée dans le fond d'un trou, ou dans un tronc d'arbre. J'explorais les forêts en Virginie ou au Mexique, ou en Allemagne ou au Portugal, ou je nageais dans un port en Norvège. Nous avons voyagé dans le monde entier, alors j'ai pu filmer en Islande, en Russie, parcourant le monde à la découverte de tous ces environnements incroyables, pour revenir avec des images vraiment belles, des preuves magnifiques de ces endroits. »

Les lieux ne sont pas forcément identifiables, les images formant plutôt une collection de petites aventures dans la nature, souvenir de ces expériences très méditatives vécues en solo par Parry, explorant le monde. Et c’est exactement l’esprit de l’album qui est devenu l’esprit de sa résidence à la SAT.

« Il est rare que je m'engage à travailler sur un projet spécifique pendant toute une année. Et pourtant, c’est ce qui est arrivé, afin de créer un album visuel complet, un compagnon visuel pour cet album... Et je n’ai jamais été aussi fier de mon travail, surtout parce que pour moi, le voyage artistique se déroulait vraiment dans un territoire inconnu que je n’ai jamais exploré auparavant… »

Quiet River of Dust est à vivre dans la Satosphère du 13 au 24 novembre.

Infos et billets : sat.qc.ca/quiet-river

VOIR L'ÉVENEMENT SUR FACEBOOK

Crédit des photo : Sébatien Roy