Pour son premier anniversaire, « L’Allumière » illumine la bibliothèque Marc-Favreau


03 déc 2014


Pour souligner en beauté le premier anniversaire de la bibliothèque Marc-Favreau, le maire de l’arrondissement de Rosemont–La Petite-Patrie, monsieur François William Croteau, la fondatrice, présidente et directrice artistique de la SAT, madame Monique Savoie et le directeur du département de l'immersion de la SAT, Louis-Philippe St-Arnault, ont illuminé la façade du bâtiment avec une œuvre signalétique permanente "Urba Morphic-Volume 1", aussi surnommée « L’Allumière » en hommage à la poésie humoristique de Marc Favreau.

«Quoi de mieux qu’une œuvre numérique alliant innovation, haute technologie, créativité et éblouissement pour marquer l’avant-gardisme de la bibliothèque Marc-Favreau et la consacrer bibliothèque du 21e siècle » a souligné le maire de l’arrondissement François William Croteau. «L’art public contribue à la qualité de vie, et cette œuvre majeure, qui s’ajoute aux deux autres déjà présentes dans la bibliothèque, témoigne de notre volonté d’accorder une grande importance à la culture sous toutes ses formes.»

« La Société des arts technologiques est fière de collaborer avec l’arrondissement de Rosemont–La Petite-Patrie par cette œuvre qui souligne le rôle phare de la bibliothèque Marc-Favreau comme institution culturelle. Nous parlons d’ailleurs de relation durable entre nos institutions, car le Campus SAT offre également des formations en création numérique à la bibliothèque permettant à la SAT de partager son savoir-faire pour propulser la bibliothèque comme un modèle d’espace d’apprentissage transgénérationnel », a ajouté Monique Savoie, fondatrice, présidente et directrice artistique de la Société des arts technologiques.

« L'œuvre s'inscrit dans une intention globalisante de faire de nos espaces culturels une véritable représentation nocturne de la nouvelle urbanité numérique Urba Morphic-Volume 1 nous rappelle la malléabilité des volumes urbains à l'ère du numérique» a expliqué Louis-Philippe St-Arnault, directeur du département de l'immersion de la SAT. Toujours selon son concepteur, « l'œuvre lumineuse appuie la structure architecturale épurée de la bibliothèque le jour et la redéfinit comme volume malléable le soir. Le concept donne ainsi une seconde lecture du lieu public, en alternant présence abstraite, écriture fantomatique et structure dynamique. »

Rappelons que l’un des grands principes d’aménagement de la bibliothèque fut d’y intégrer les plus récentes technologies de l’information, se traduisant notamment par l’installation de systèmes intelligents et l’omniprésence du numérique. Pour pousser plus loin la thématique, l’architecte Gilles Prud’homme, de la firme Dan Hanganu, a proposé un concept architectural vitré qui permettrait de mettre en valeur la façade du bâtiment par une œuvre signalétique. L’arrondissement a ensuite fait appel aux talents de la Société des arts technologiques afin de créer l’œuvre lumineuse.


Voir la biographie du concepteur et la fiche technique de l’œuvre