Re-Génération dans la Satosphère (Gratuit)


10 & 11 nov 2016
-
Satosphère

18 +

RE-GÉNÉRATION SERA PRÉSENTÉ GRATUITEMENT DANS LA SATOSPHÈRE CE
JEUDI 10 NOVEMBRE (ANGLAIS) ET VENDREDI 11 NOVEMBRE (FRANÇAIS)

Le film immersif Re-Génération révèle les cycles cachés de la vie, à travers toutes les échelles de l’espace et du temps, pour faire apparaître le grand potentiel régénératif des actions humaines.

Au rythme des mots récités par la comédienne Marie Brassard, pensés et écrits par David McConville, le spectateur est invité à y repenser l’avenir, un avenir au nous qui se traduit par un engagement collectif. Une invitation au réenchantement. En faisant usage des technologies pour intégrer l’art et la science, l'oeuvre élargie nos perceptions et porte l’imaginaire vers des espaces s'ouvrant bien au-delà de l’expérience du quotidien.

Réalisé par un collectif d’artistes réuni par la SAT, dirigé par le chercheur-créateur Yan Breuleux, ce film 360° est un prologue à L’Hymne à la beauté du monde interprétée par Diane Dufresne. L’imagerie visuelle qui la ponctue est un appel à l’éveil des sens, mais aussi à l’ouverture des consciences.


Jeudi 10 novembre (version anglaise) + Vendredi 11 novembre (version française)
Satosphère - Entrée gratuite - 19h
Durée : 30 minutes

Réservez votre place via ce formulaire

MOT DU CRÉATEUR

Un lien très étroit unit la façon dont nous imaginons le monde et la relation que nous entretenons avec lui.

La plupart des phénomènes qui régissent notre univers et notre relation aux cycles naturels de la terre nous sont imperceptibles. Mais l’art et la science ont élargi notre conscience et enrichi notre savoir. Et ce qui était jadis invisible à notre œil nous est peu à peu révélé. Grâce à ce dévoilement et à l’éveil des sens, notre perception du monde est sans cesse renouvelée. Cette connaissance acquise nous permet de nous synchroniser avec les cycles de la vie. Dans ce processus, nous prenons conscience que l’humanité elle même est devenue une force de la nature.

Les scientifiques proposent le terme Anthropocène pour caractériser l’époque géologique actuelle, dans laquelle la civilisation moderne altère les cycles naturels. Cet « âge de l'homme » est profondément paradoxal puisqu’il met en évidence le pouvoir de notre espèce à influer sur la nature tout en estompant la frontière entre celle-ci et l’être humain. En révélant l'interdépendance des formes de vie sur terre, la science a confirmé ce que les cultures traditionnelles semblent avoir saisi depuis des millénaires : nous ne sommes pas séparés du monde. Ce que nous faisons subir à notre planète, nous le subissons à notre tour.

L’art est essentiel pour réimaginer l’humanité. Il altère notre expérience consciente, là où la science l’explique. Il nous exhorte à sonder les intuitions obscures et les émotions complexes qui font de nous des êtres humains. Par l’amalgame des arts et des sciences, nous pouvons mieux saisir ce qui nous lie inextricablement aux structures et aux comportements des systèmes vivants de notre planète.

La terre évolue. Pendant qu’elle tourne sur son axe, elle accomplit d’innombrables phénomènes qui impactent notre présent et notre futur. Elle n'a pas seulement besoin que nous la protégions. Elle a besoin de notre collaboration. L'humanité est une expérience évolutive. Nous avons maintenant le devoir d’apprendre à créer avec la même vigueur que celle avec laquelle nous avons appris à détruire. Nous pouvons réenchanter le monde. En appliquant les principes de régénération des systèmes de vie à ce projet de la civilisation humaine.


- David McConville

PARTENAIRES