0

Entrevue avec Manami Sakamoto & Yuri Urano

 

La SAT a eu le plaisir de s’entretenir avec ses artistes en résidence Manami Sakamoto, artiste visuelle de Tokyo, et Yuri Urano, artiste électronique sonore et visuelle d’Osaka.

Faisant partie de la Série Satosphère présentée dans le cadre du festival MUTEK, leur œuvre immersive Metaract explore de la dualité entre l’analogique et le numérique, et documente des éléments de la nature tels des textures, des couleurs et des sons. 

Leur travail sera présenté le 22 août dans le dôme de la SAT. 

La Société des arts technologiques (SAT) est un laboratoire de recherche et création ouvert sur le monde qui multiplie les possibles technologiques, l’hybridation des réalités et des disciplines artistiques. Son programme de résidence vise à accompagner des projets novateurs vers leur réalisation, en apportant aux équipes artistiques le soutien nécessaire à leur avancement dans une ou plusieurs phases de création.

[Cette entrevue s’est originellement conduite en anglais; lisez-la ici]

 

 

SAT: Est-ce la première fois que vous collaborez sur un projet avec Metaract?

Nous avons collaboré sur de nombreux projets dans le passé, mais Metaract est le premier à pousser nos expériences audio et visuelles à un niveau supérieur en les incorporant dans une expérience immersive dans le dôme. Nous avons travaillé sur des enregistrements de terrain, des vidéos et des images de synthèse en 3D dans un certain nombre d’environnements naturels et nous les avons incorporés dans notre travail pour en explorer les limites en fusionnant l’analogique et le numérique.

 

SAT: Votre projet porte sur les “cycles du temps”. Comment vos deux approches artistiques s’articulent-elles avec ce thème?

Chaque jour, la rotation de la Terre est unique et dépend de la saison, de l’environnement et d’autres facteurs cachés. La nature n’est pas la seule à être influencée par ces cycles: en tant qu’êtres humains, nous subissons des transformations physiques, émotionnelles et comportementales. Ces transformations sont ancrées dans les relations que nous entretenons avec les autres. Une simple apparence tissée dans les couches de la vie. Nous avons découvert que nous pouvions créer une expression aléatoire et organique en enregistrant des éléments naturels et en les incorporant à notre travail sous forme de textures, de couleurs et de sons. La complexité a été obtenue en mélangeant les différents phénomènes naturels avec le numérique.

En outre, la superposition d’objets inorganiques créés par 3DCG sur ces expressions naturelles crée une tension particulière entre le naturel et l’artificiel. Nous explorons cette intersection dans nos histoires, ce qui nous permet d’expérimenter une expression émotionnelle plus profonde dans notre travail. Il y a également une tension temporelle que nous voulons explorer. Il s’agit de documenter des lieux naturels qui existent depuis bien plus longtemps que nous, parallèlement aux technologies numériques d’aujourd’hui. Nous explorerons les cycles du temps en combinant des matériaux naturels et organiques avec des matériaux inorganiques, créant ainsi de nouvelles formes de collages.

 

SAT: Les dômes sont conçus pour l’immersion de groupes et le rendu d’environnements. Qu’est-ce qui vous a attiré dans ce médium en particulier ?

MS: Le premier point, et le plus important pour nous, est que nous pouvons intentionnellement faire en sorte que le public reste dans un environnement visuel et acoustique immersif à 360°. Selon la position du public, ce qu’il voit et entend est différent et affecte directement son environnement et son corps. Nous avons pensé que cet environnement, proche de notre vie quotidienne, était le plus adapté à l’expression organique et aléatoire que nous valorisons. Nous pensons que cet environnement est la meilleure option pour stimuler l’imagination humaine fondamentale et réaffirmer notre thème du cycle du temps et la “possibilité de coexistence et de fusion” qui en découle.

YU: Les expériences immersives permettent au public de découvrir directement l’œuvre. Une production dans un environnement avec des moniteurs à 360 degrés et 157 haut-parleurs s’apparente davantage à une expérience qu’à un spectacle. Le public réuni ici devient également un personnage de la production et y est immersé, ce qui en fait une occasion spéciale. Nous sommes ravis de pouvoir partager ce moment spécial.

 

SAT: Votre processus fusionne l’enregistrement sonore et les éléments naturels avec des objets et des représentations numériques. Pouvez-vous nous en dire plus sur ce processus?

MS: Sur le plan visuel, mon approche consiste à photographier divers objets dans la nature, tels que des arbres, de la glace et le sol, et à les charger dans 3DCG en tant que textures, en extrayant et en reflétant leurs “couleurs”, leurs “motifs” et leurs “textures”. Cela permet de créer des objets organiques et aléatoires. Des représentations concrètes de la mer et des forêts apparaissent également dans l’œuvre, toutes créées en 3DCG. L’objectif est de permettre des compositions et des développements qui ne seraient pas possibles dans le monde réel et de créer un sentiment d’inconfort. En outre, l’objectif est de créer une tension particulière lorsqu’elle est combinée à des éléments calculés et alignés tels que le bruit et les particules. Ce collage de centaines ou de milliers de couches est un processus important qui crée une vision unique du monde et prouve que ces éléments sont absolument nécessaires l’un pour l’autre.

YU: Superposition d’enregistrements de terrain et de synthétiseurs logiciels, d’échantillonneurs, d’effets et de modulations. Fusionner les sons aléatoires de la nature avec la technologie pour créer de nouveaux sons. Pour Metaract, j’ai utilisé des enregistrements de terrain provenant d’Ousatsu (préfecture de Mie) et d’Amanohashidate (préfecture de Kyoto) au Japon. Ce sont les éléments naturels essentiels du son. Les enregistrements capturent le déroulement d’un lieu dans le temps, comme le miroitement de la mer, le son des insectes, les chants d’oiseaux et les pas des passants. Ces enregistrements deviennent une tentative de capturer les sensations éphémères que l’on éprouve lorsqu’on “est là”.

 

SAT: Y a-t-il des lieux spécifiques qui ont inspiré votre travail ?

Nous sommes naturellement inspirés par le Japon, où nous sommes nées et où nous résidons. Le cycle des saisons, la nuit et le jour. La coexistence – entre deux ou plusieurs choses existant ensemble, s’aidant elles-mêmes et s’aidant les unes les autres – était le mot conceptuel de notre projet. Nous avons incorporé des échantillons provenant de différents endroits.

 

SAT: Pouvez-vous nous parler de la dynamique de votre collaboration artistique sur ce projet ?

La première étape consistait à développer des travaux antérieurs dans un environnement de dôme. C’est l’idée derrière le nom Metalact = Meta + Interact. Après avoir interprété le thème, le processus de production commence. Nous échangeons des démonstrations et partageons nos commentaires jusqu’à ce que nous passions à l’étape suivante. Ce qui est intéressant ici, c’est que dans plusieurs collaborations précédentes, nous avons dépassé les attentes de chacune et poussé la collaboration dans de nouveaux domaines. Par exemple, des angles de caméra pour des scènes dynamiques avec du mouvement et des enregistrements de sons environnementaux apaisants.

Nous pensions qu’il s’agissait d’événements organiques et aléatoires qui s’inspiraient l’un de l’autre, ajoutant de nouvelles couches à nos idées précédentes. Nous avons discuté de la manière dont ils interagissent et fusionnent, évoluant et façonnant la production ensemble. Nous sommes conscientes de l’importance de l’échange d’idées et de la discussion à chaque étape du projet, permettant au son et à l’image de s’épanouir dans la phase finale de notre vision commune.

 

SAT: Quelles sont vos plus grandes influences actuelles, visuelles et musicales ?

MS: Ce qui m’influence le plus, c’est mon environnement quotidien. Les conversations que j’ai avec les gens que je rencontre, leurs expressions et leurs voix, les sites et les événements que je vois. Ils influencent constamment mes émotions et me donnent l’occasion de changer et d’approfondir mes pensées. Et ils sont toujours en mouvement, ce qui entraîne parfois des changements inattendus. Mais ce sont des changements très importants pour moi et ils constituent toujours un aspect fondamental et important de mon travail.

YU: La vie quotidienne. Il y a beaucoup de changements dans ma vie et je suis reconnaissant aux gens qui m’entourent. Ces choses influencent ma musique et me donnent envie de créer de grandes expériences. La création de ce projet avec Manami a eu une grande influence sur ma production créative, en explorant de nouvelles possibilités grâce à l’expérimentation. J’aimerais continuer à collaborer avec les nouvelles technologies, en mélangeant l’artisanat traditionnel et d’autres choses qui ont été transmises de génération en génération. Je m’inspire d’une variété d’influences, quel que soit le genre, et j’explore toutes les possibilités.

Partager l'article
Copié dans le presse-papier
Nouvelles
[Dossier] Panorama de la création immersive Fulldome
30 janv. 2024
Artistes en résidence
Entrevue avec France Jobin & Markus Heckmann
23 août 2023
Artistes en résidence
Entrevue avec Manami Sakamoto & Yuri Urano
21 août 2023
Artistes en résidence
Entrevue avec Nancy Lee & Kiran Bhumber
21 août 2023