La SAT et l’OSM : vers le futur de la spatialisation audio et acoustique | Société des arts technologiques

La SAT et l’OSM : vers le futur de la spatialisation audio et acoustique


05 mar 2020


De gauche à droite : Nicolas Bouillot (SAT), Raphaël Duée (Atelier 7Hz) et Zack Settel (Musique6D Inc.)
[Crédit-photo : Stéphane Vaillancourt]


La Société des arts technologiques et l’Orchestre symphonique de Montréal ont récemment inauguré des travaux de captation audio. Ces captations s’inscrivent dans le programme de recherche SAV+R*, rendu possible grâce au soutien du Ministère de l’Économie et de l’Innovation du Québec et de ses partenaires privés.

Accompagnés par Musique6D Inc., Musicomproductions et l’Atelier 7Hz, le département du Métalab de la SAT et l’OSM se sont réunis la semaine dernière à la Maison symphonique de Montréal afin d’effectuer une première série de prises de son. L’objet est de constituer l’empreinte acoustique de l’amphithéâtre et de son orchestre en pleine action.

Pendant trois jours, les enregistrements de répétitions et d’un concert, dirigés par le maestro Kent Nagano, ont été effectués. Au total, 64 microphones ont été répartis dans la salle, en plus d’un microphone ambiophonique Zylia, ce dernier permettant une captation spatialisée du son. Des oeuvres symphoniques de Beethoven, Berlioz et Dusapin ont été sélectionnées afin constituer le corpus des données.

L'équipe a aussi procédé à la captation des réponses impulsionnelles de la Maison symphonique pour mieux en comprendre l’acoustique architecturale. Cette fois, 24 microphones et le microphone Zylia ont été disposés dans la salle. Un bruit blanc y a été diffusé via une enceinte multidirectionnelle, successivement déplacée dans différents endroits stratégiques afin de mettre en exergue l’acoustique des lieux. D’autres enregistrements sont prévus, l’objet étant de faire évoluer les différentes technologies mises en place.


Captation des réponses impulsionnelles à la Maison Symphonique de Montréal, grâce à un microphone Zylia et 24 microphones disposés dans la salle. [Crédit photos : Stéphane Vaillancourt]

Compilées à partir de ces différentes captations, les données permettront à l’équipe de la SAT de valider des hypothèses grâce à des prototypes de scène sonore navigable. La résolution des défis rencontrés durant le développement de cette innovation technologique générera ainsi un nouveau savoir-faire

Ce modèle aura un réel impact sur la création d’oeuvres et de projets immersifs (jeux vidéo, VR, AR, musique spatialisée), mais aussi sur la revue de projets architecturaux – par exemple, pour évaluer les nuisances sonores d’un futur projet.

Ces expériences menées en réalité augmentée permettraient à l’OSM de créer un remarquable outil pédagogique pour le milieu de la musique classique.Ce partenariat est une occasion exceptionnelle de rencontres et d’échanges avec des acteurs d’envergure, issus de différents horizons techniques et artistiques.

Inutile d’ajouter que l’immense répertoire de ladite musique classique et la diversité considérable de son instrumentation augmenteront tangiblement les différentes possibilités d’enregistrement liées à ce projet d’exception.

Dans le contexte de son programme de recherche SAV+R, l’équipe du Métalab a ainsi inauguré un cycle de trois années de travail. Les recherches en cours permettront de nouvelles expériences immersives, notamment en réalité mixte et augmentée. On pourra ainsi dépeindre avec une précision exceptionnelle des environnements sonores variés et complexes, à commencer par la mise en place de ce parcours immersif mis au point dans la salle de concert de la Maison symphonique de Montréal.


* Spatialisation audio en réalité virtuelle et augmentée

Merci à toute l'équipe pour cette réalisation: Carl Talbot et son équipe, Cédrick Lalaizon, Cyrielle Casse, Émile Ouellet-Delorme, Jean-Yves Münch, Marc-André Lefebvre, Michal Seta, Monique Savoie, Nicolas Bouillot, Raphaël Duée et Atelier 7hz, Simon Ouellette et l'équipe OSM, Stéphane Vaillancourt et Zack Settel